Billets de Luk-Lievrouw

  • L'aventure du diamant mandarin joues blanches

    1. Introduction

    Avant tout, je tiens à remercier les personnes avec lesquelles je travaille à l'évolution des diamants mandarins joues blanches au cours de ces dernières années.
    Ce texte ne raconte donc pas seulement mes expériences mais aussi leurs expériences. Merci à Paul Chabot, Jan Van Looy et Wessel Vermeulen. Lorsque par la suite j’utiliserai le terme « je », vous devez comprendre « nous ». Nous ne sommes pas d’accord sur tous les détails. Heureusement, car ainsi nous pouvons en discuter. Et nous continuons à nous encourager mutuellement au sujet des résultats à améliorer et des conclusions à apporter.
    Chez nos diamants mandarins, chacun connait le joues et le joues noires. Chez ces deux mutations, les mâles et les femelles ont les joues colorées. Nous avons maintenant aussi le joues blanches. Nous avons donc des joues blanches, brunes et noires.

    Diamant mandarin joues blanches 11

    2. Historique

    La première fois qu’un diamant mandarin joues blanches est apparu, c’était lorsque Jacques Vanduren se demanda s’il avait élevé une nouvelle mutation. Certains de ses oiseaux ont pu être admirés dans les expositions du B.Z.C. (Club Belges des diamants mandarins).
    Jacques a aussi écrit un article à ce sujet dans notre revue, illustré de photos de détails. C’était fin des années 90 du siècle précédent. Jacques a eu la malchance de perdre son élevage et finalement le diamant mandarin joues blanches a disparu. Il avait pourtant même cédé des oiseaux à d’autres amateurs afin d’éviter le risque de disparition. Mais ces autres amateurs n’ont pas pu construire une souche. Résultat : le joues blanches est retourné à la case départ.
    Voici quelques années, le président fondateur du B.Z.C., Paul Chabot, découvrit un diamant mandarin ‘spécial’. Paul Chabot est celui qui, en son temps, a fait les premiers pas avec un mâle de la mutation poitrine orange. Il avait donc de l’expérience dans la construction d’une souche ‘spéciale’.
    Cet oiseau avait aussi du noir dans les joues, c’est pourquoi Paul est parti à la recherche de partenaire joues noires pour ce diamant mandarin. Sa pleine conscience des choses fut la bonne pour les joues blanches. Car il éleva directement des joues blanches !
    C’est pourquoi il décida que le facteur joue blanche était dominant. Mais Paul utilisa aussi d’autres diamants mandarins que les joues noires gris. Lorsque Jan et moi sommes allés interviewer Paul, nous avons vu des Joues Blanches combinés au masqué, à la mutation poitrine noire et même au huppé. Paul nous expliqua qu’il avait eu beaucoup de décès parmi ses oiseaux, il connaissait l’expérience de Jacques et il pariait sur un facteur létal chez les joues blanches.
    Paul nous donnât un diamant mandarin joues blanches à chacun parce qu’il avait peur que la saison d’élevage suivante fut désastreuse. Son secret espoir était que nous l’aidions. Ensuite, il est apparu que la santé de ses oiseaux était la cause de ses problèmes croissants. Donc nous avons pu éliminer le facteur létal de notre raisonnement.
    À Dordrecht Paul rencontra Wessel Vermeulen lequel avait aussi des diamants mandarins avec des joues partiellement blanches. Wessel a même élevé des diamants mandarins ayant trois couleurs dans les joues. Elles présentent du blanc (le trait de larme est absent), ensuite vient du noir et du marron normal dans l’arc postérieur des joues.

    Diamant mandarin joues blanches 12 Diamant mandarin joues blanches 13

    Entretemps, Jan et moi avons commencé l’élevage avec nos joues blanches. Notre objectif était de comprendre l’hérédité du joues blanches.
    Lorsque Jan et moi avons commencé l’élevage, beaucoup nous ont dit qu’ils pensaient que c’était une combinaison. Certains pensaient à la mutation poitrine noire, d’autres à la combinaison poitrine noire joues noires. Plusieurs avaient déjà vus des traces de joues blanches. Et en effet, on ne parlait pas du joues blanches seulement chez nous. Internet, nous le savons, établit des contacts dans le monde entier. Je sais que dans d’autres pays on parle de joues blanches: Israël, Italie, France.
    Regardons le joues blanches plus en profondeur. Ce qui est important : nous faisons une distinction entre les combinaisons de joues blanches avec joues noires et les sans joues noires. Cette distinction sera un peu le fil rouge de ce récit.
     

    Lire la suite

  • Les formes de la dominance

    Un peu d’histoire

    Comme nous le savons aujourd’hui, Gregor Mendel, connu surtout pour ses expériences avec les pois, a été à la base de la génétique. Il a démontré par ses expériences que s’il croisait deux pois (F1) ayant des caractéristiques différentes comme la couleur de la fleur, la taille des feuilles… Alors les issus (F2) gardaient les caractéristiques d’un seul parent. Toutes les fleurs de ces jeunes pois avaient la même couleur et la même taille de feuilles.
    C’est comme s’ils avaient «perdu» l’une des propriétés. Lorsqu’il a croisé entre eux ces jeunes pois F2, les caractéristiques F1 sont réapparues parmi les issus de la génération F3. Mendel a appelé ces caractéristiques montrées par les F2 : Dominant. Et les caractéristiques cachées chez les F2 ont été nommées récessif.

    Actuellement nous appelons encore cela dominant et récessif. Cependant nous savons que Mendel a découvert la «dominance complète». Il existe en effet d’autres formes de dominance. Nous connaissons déjà ces formes donc nous apporterons surtout quelques dispositions à retenir.

    Quelques concepts

    Nous savons que les gènes sont porteurs de caractéristiques et que ces gènes sont situés sur les chromosomes. Il existe des gènes s’occupant de la couleur des yeux, la couleur des pattes, la taille du bec… Les chromosomes se situent dans les cellules du corps : Ils sont stockés dans le noyau de chaque cellule. Dans chaque noyau de chaque cellule se trouvent les gènes pour la couleur des yeux, la couleur des pattes, la taille du bec... Cependant, le fonctionnement des gènes «couleur des yeux» se manifeste uniquement dans les yeux. Dans les pattes, les gènes «couleur des yeux» ne se manifestent pas. Chaque cellule «sait» donc où elle se situe dans le corps et quels gènes elle doit activer.
    Les chromosomes vont par paire, tous les gènes se retrouvent par paire. Pour le gène de la couleur des yeux, nous avons donc deux gènes. Ceci vaut également pour la couleur des pattes, la taille du bec... Ces deux gènes pour la couleur des yeux peuvent provoquer une couleur des yeux bleues. Il est également possible qu’un gène s’occupe de la couleur bleue et l’autre d’une couleur brune. (ce qui ne signifie pas que l’être aura un œil bleu et l’autre brun, le brun des yeux est dominant sur le bleu, donc les deux yeux seront bruns).

    Les formes de la dominance 1 Les formes de la dominance 1 2

    Lire la suite