Poitrine noire

  • La mutation poitrine orange dans les couleurs classiques

    Puisque nous allons discuter du diamant mandarin poitrine orange (PO) dans cet article, il est certes intéressant de s’attarder d’abord un peu sur l’histoire de cette mutation.
    La mutation poitrine orange (PO) est supposée avoir vu le jour en Belgique. J’écris consciemment "supposée", car le premier poitrine orange (PO) fût en fait trouvé chez un marchand d’oiseaux. Dans la littérature néerlandaise en particulier, bien avant la découverte du premier poitrine orange (PO) en Belgique, des diamants mandarins y furent décrits présentant des caractéristiques que nous pouvons attribuer maintenant à des porteurs de poitrine orange (PO).
    Ce dont nous sommes certains en tout cas, c’est que l’honneur de la découverte de la poitrine orange (PO) revient à un certain Monsieur De C. qui en 1978 remarqua un mâle gris assez spécial dans un commerce. Ce mâle disposait d’une barre de poitrine orange alors que normalement elle aurait dû être noire. Monsieur DE C. acheta cet exemplaire, mais à l’élevage il ne sortit rien de ce qu’il avait espéré. Fin 1978, Paul CH., président du BZC à cette époque, acquerra ce mâle. Il y eut des bonnes et des mauvaises surprises avec ce sujet, car ce mâle ne vécut malheureusement pas très longtemps. Heureusement Paul CH. avait pu en obtenir quelques jeunes auparavant. La poitrine orange (PO) est d’hérédité récessive autosomale par rapport à la forme sauvage. Le facteur orange doit donc être doublement présent pour devenir visible. Il croisa donc des jeunes entre eux et en sortit assez rapidement les premiers poitrine orange (PO).

    Déjà le premier éleveur de poitrine orange (PO) commit l’erreur de ne pas combiner et développer le poitrine orange (PO) avec des couleurs classiques (gris, brun, dos pâle, masqué) mais il se rua directement sur la combinaison de la poitrine orange avec le poitrine noire (PN) et d’autres mutations. Dès cet instant, le rêve de tout éleveur de poitrine orange était né à savoir d’aboutir à un diamant mandarin entièrement orange.
    De par le fait d’avoir brûlé l’étape de l’élevage dans les couleurs classiques, la question suivante demeura :

    Certaines caractéristiques spécifiques que nous observons dans nos poitrine orange classiques, sont-elles seulement des dérivées gênantes de la présence de la mutation poitrine noire (PN) ou s’agit-il d’effets spécifiques de la mutation poitrine orange ?

    Qu’est-ce que j’entends dire par-cela ? Souvent le gris poitrine orange ou brun poitrine orange laissent apparaître des joues pas bien délimitées. De même l’on constate souvent un ourlet orangé sur les ailes. Aussi, la poitrine s’écoule fréquemment vers le haut et le ventre présente des dessins. Toutes ces caractéristiques constatées sont assez dérangeantes.

    Lire la suite

  • Le gris poitrine noire poitrine orange

    L’objectif de cet article n’est pas d’imposer une direction d’élevage ou créer une polémique, mais de partager mon expérience de l’élevage, mes observations ainsi que les difficultés que je rencontre depuis une quinzaine d’années d’élevage de diamants mandarins dans cette combinaison de mutations.

    Le poitrine noire est une mutation de dessin due à une répartition différente de l’eumélanine dans le plumage de l’oiseau. La mutation poitrine orange est une mutation de couleur : L’eumélanine des dessins est transformée en phéomélanine brune orangée, qui tire vers la couleur rouge-rouille pour les meilleurs sujets. Il ne me semble pas importun de préciser en détail en quoi ce que chaque mutation que nous connaissons déjà, modifie sur l’oiseau muté.

    Le mâle de concours idéal, en plus d’une forme et une taille correcte tel un classique, ne doit pas avoir de rejet noir dans la poitrine, doit avoir une zone parotique (le lore : entre le bec et la joue) blanche, une poitrine qui monte le plus haut possible sous le bec, une forte extension des joues (les joues se rejoignent à l’arrière du crâne) sans écoulement sur le dos(qui pour moi représente une non-sélection de l’extension de la couleur), un dos gris et non pas chargé de voile brun comme c’est souvent le cas, des dessins sur les rémiges primaires et secondaires (blanc+orange), une couleur rouge/rouille la plus intensive possible, un dessin de ventre (flammèches oranges) le plus grand possible. À cela il faut ajouter que les dessins de flans doivent être marqués d’ovales blanc sur fond orangé ; Les dessins des carreaux de queues sont bien sûr allongés.

    La femelle comme le mâle doit être grise de dos, de forme et de taille correcte, avoir un dessin de ventre (les flammèches)(à noter que ce dessin n’est pas orangé comme sur les mâles mais tire plutôt vers le gris-brun), des dessins de dos (sur le bord externe des rémiges), une poitrine qui remonte très haut, des dessins de joues orangées, des flancs marqués de points et de couleur orangée également.

    La femelle doit-elle avoir des joues et flancs les plus rouge foncé possible ? Je n’ai pas de réponse.
    Ce qui est certain c’est que la première femelle poitrine orange (po) n’avait pas de joues oranges et que le standard Hollandais demandait des femelles sans joues il y a encore quelques années (maintenant il y a deux standards acceptés et jugés différemment : avec dessin et sans dessins… : type 1, type 2 dans les concours). La femelle sans joues dessinées garde des carreaux de queues le plus orange possible. La plupart de mes femelles en reproduction n’ont pas de joues, c’est un caractère que je ne sélectionne pas spécialement.
    Je lis parfois sur internet que pour sortir un bon mâle intensif en couleur il faut absolument une femelle avec des joues très orange, ce n’est pas vrai. On sort de très bons oiseaux en couleur avec des femelles sans joues pour peu qu’elles soient très grise. J’entends par « très grises » des oiseaux dont l’eumélanine prend le pas sur la phaeo. Cela ne veut pas dire que certains caractères ne doivent pas être présents (dessin de ventre, sus caudales, paupière, etc.). Je peux affirmer que la femelle sans joue n’influence en rien l’intensité de la couleur sur les mâles.

    Diamant mandarin femelle gris poitrine orange poitrine noire

    Quelques particularités sont propres à la combinaison de mutation

    Le poitrine orange semble intensifier l’extension de la couleur orange des dessins. On observe souvent des sujets avec une extension complète des joues à l’arrière du crâne, et ce avec une poitrine qui remonte très haut sous le bec (à comparaison avec un poitrine noire pure). Cette extension lorsqu’elle est importante, a tendance à colorer le lore. Je ne suis pas d’accord avec ceux qui affirment que les oiseaux au lore orangé sont des oiseaux issus de black face. Cette coloration apparait aussi bien sur des issus de poitrine orange poitrine noire (popn) sans la mutation black face depuis plusieurs générations.

    Je ne sélectionne pas la couleur orangée du lore. Certes c’est un défaut présent dans mes oiseaux mais élevant des black face popn, je n’y fais pas attention.
    Dans les concours cela dépend beaucoup des juges mais en général, si l’oiseau est bon, ils ne se font pas lourdement sanctionner. À noter qu’il y a plusieurs sortes de lores orangés, qu’une photo ne montre pas bien. Des lores orange rouille comme la poitrine et qui viennent se fondre avec la joue (pas bon) ou un voile orangé, plus clair que la joue et qui se distingue encore (ça passe mieux). Mais sur des grands concours, c’est ce qui manquera au bel oiseau pour se classer face aux meilleurs.

    Diamant mandarin male gris poitrine noire poitrine orange1

    Lire la suite

  • Comment reconnaître un mâle porteur de la mutation poitrine noire

    L’objectif de cet article n’est pas d'établir une règle imparable pour la reconnaissance d'un mâle gris porteur de la mutation poitrine noire. Il a plutôt pour but de réunir les indices qui pourront vous permettre de l'identifier.
    Pour ceci, chaque point de détail de la mutation est repris, selon ce que j’ai pu observer durant la sélection de ma souche de gris poitrine noire.

    Avant de commencer à analyser chaque indice possible, il me paraît important d'avoir à l'esprit que la mutation poitrine noire modifie la forme des dessins. Pour identifier un porteur de la mutation poitrine noire, je vous conseille aussi de prendre en compte l’ensemble des indices décrits dans cet article.

    Procédons et analysons le phénotype d’un gris poitrine noire de la tête vers les rectrices en comparaison avec un gris porteur de la mutation poitrine noire. Pour repérer chaque termes descriptifs utilisés, vous pouvez vous aidez de ce schéma : Termes descriptifs chez le diamant mandarin.

    1. Trait moustachial

    Poitrine noire (pn) : Le trait moustachial sera prononcé et d’un noir intense.
    Porteur poitrine noire (/pn) : Le trait moustachial pourra être plus prononcé que sur un gris, cependant cela ne constitue pour moi pas un indice suffisant.

    2. Trait de larme

    Poitrine noire (pn) : Le trait de larme disparaît (idéalement suivant le standard) ou seul un trait fin subsiste.

    1 trait de larme pn a

    Porteur poitrine noire (/pn) : Différents cas de figure selon la force d’expression de la mutation chez le porteur.

    - Le trait de larme est présent et fin :

    2 trait de larme porteur pn a

    - Le trait de larme est présent et large :

    3 trait de larme porteur pn 1 a

    - Dans certains cas le trait de larme d’un porteur de poitrine noire pourra aussi être absent. Il faudra se fier aux autres indices pour savoir s’il s’agit d’un porteur ou d’un poitrine noire à part entière.

    3. Les joues

    Poitrine noire (pn) : Le dessin des joues s’étendra vers le haut et l’arrière de la tête.

    4 extension joues pn avec fleches a 5 extension joues nuque pn a
     

    Lire la suite