Le gris, les mutations et combinaisons

  • L'aventure du diamant mandarin joues blanches

    1. Introduction

    Avant tout, je tiens à remercier les personnes avec lesquelles je travaille à l'évolution des diamants mandarins joues blanches au cours de ces dernières années.
    Ce texte ne raconte donc pas seulement mes expériences mais aussi leurs expériences. Merci à Paul Chabot, Jan Van Looy et Wessel Vermeulen. Lorsque par la suite j’utiliserai le terme « je », vous devez comprendre « nous ». Nous ne sommes pas d’accord sur tous les détails. Heureusement, car ainsi nous pouvons en discuter. Et nous continuons à nous encourager mutuellement au sujet des résultats à améliorer et des conclusions à apporter.
    Chez nos diamants mandarins, chacun connait le joues et le joues noires. Chez ces deux mutations, les mâles et les femelles ont les joues colorées. Nous avons maintenant aussi le joues blanches. Nous avons donc des joues blanches, brunes et noires.

    Diamant mandarin joues blanches 11

    2. Historique

    La première fois qu’un diamant mandarin joues blanches est apparu, c’était lorsque Jacques Vanduren se demanda s’il avait élevé une nouvelle mutation. Certains de ses oiseaux ont pu être admirés dans les expositions du B.Z.C. (Club Belges des diamants mandarins).
    Jacques a aussi écrit un article à ce sujet dans notre revue, illustré de photos de détails. C’était fin des années 90 du siècle précédent. Jacques a eu la malchance de perdre son élevage et finalement le diamant mandarin joues blanches a disparu. Il avait pourtant même cédé des oiseaux à d’autres amateurs afin d’éviter le risque de disparition. Mais ces autres amateurs n’ont pas pu construire une souche. Résultat : le joues blanches est retourné à la case départ.
    Voici quelques années, le président fondateur du B.Z.C., Paul Chabot, découvrit un diamant mandarin ‘spécial’. Paul Chabot est celui qui, en son temps, a fait les premiers pas avec un mâle de la mutation poitrine orange. Il avait donc de l’expérience dans la construction d’une souche ‘spéciale’.
    Cet oiseau avait aussi du noir dans les joues, c’est pourquoi Paul est parti à la recherche de partenaire joues noires pour ce diamant mandarin. Sa pleine conscience des choses fut la bonne pour les joues blanches. Car il éleva directement des joues blanches !
    C’est pourquoi il décida que le facteur joue blanche était dominant. Mais Paul utilisa aussi d’autres diamants mandarins que les joues noires gris. Lorsque Jan et moi sommes allés interviewer Paul, nous avons vu des Joues Blanches combinés au masqué, à la mutation poitrine noire et même au huppé. Paul nous expliqua qu’il avait eu beaucoup de décès parmi ses oiseaux, il connaissait l’expérience de Jacques et il pariait sur un facteur létal chez les joues blanches.
    Paul nous donnât un diamant mandarin joues blanches à chacun parce qu’il avait peur que la saison d’élevage suivante fut désastreuse. Son secret espoir était que nous l’aidions. Ensuite, il est apparu que la santé de ses oiseaux était la cause de ses problèmes croissants. Donc nous avons pu éliminer le facteur létal de notre raisonnement.
    À Dordrecht Paul rencontra Wessel Vermeulen lequel avait aussi des diamants mandarins avec des joues partiellement blanches. Wessel a même élevé des diamants mandarins ayant trois couleurs dans les joues. Elles présentent du blanc (le trait de larme est absent), ensuite vient du noir et du marron normal dans l’arc postérieur des joues.

    Diamant mandarin joues blanches 12 Diamant mandarin joues blanches 13

    Entretemps, Jan et moi avons commencé l’élevage avec nos joues blanches. Notre objectif était de comprendre l’hérédité du joues blanches.
    Lorsque Jan et moi avons commencé l’élevage, beaucoup nous ont dit qu’ils pensaient que c’était une combinaison. Certains pensaient à la mutation poitrine noire, d’autres à la combinaison poitrine noire joues noires. Plusieurs avaient déjà vus des traces de joues blanches. Et en effet, on ne parlait pas du joues blanches seulement chez nous. Internet, nous le savons, établit des contacts dans le monde entier. Je sais que dans d’autres pays on parle de joues blanches: Israël, Italie, France.
    Regardons le joues blanches plus en profondeur. Ce qui est important : nous faisons une distinction entre les combinaisons de joues blanches avec joues noires et les sans joues noires. Cette distinction sera un peu le fil rouge de ce récit.
     

    Lire la suite

  • La mutation poitrine orange dans les couleurs classiques

    Puisque nous allons discuter du diamant mandarin poitrine orange (PO) dans cet article, il est certes intéressant de s’attarder d’abord un peu sur l’histoire de cette mutation.
    La mutation poitrine orange (PO) est supposée avoir vu le jour en Belgique. J’écris consciemment "supposée", car le premier poitrine orange (PO) fût en fait trouvé chez un marchand d’oiseaux. Dans la littérature néerlandaise en particulier, bien avant la découverte du premier poitrine orange (PO) en Belgique, des diamants mandarins y furent décrits présentant des caractéristiques que nous pouvons attribuer maintenant à des porteurs de poitrine orange (PO).
    Ce dont nous sommes certains en tout cas, c’est que l’honneur de la découverte de la poitrine orange (PO) revient à un certain Monsieur De C. qui en 1978 remarqua un mâle gris assez spécial dans un commerce. Ce mâle disposait d’une barre de poitrine orange alors que normalement elle aurait dû être noire. Monsieur DE C. acheta cet exemplaire, mais à l’élevage il ne sortit rien de ce qu’il avait espéré. Fin 1978, Paul CH., président du BZC à cette époque, acquerra ce mâle. Il y eut des bonnes et des mauvaises surprises avec ce sujet, car ce mâle ne vécut malheureusement pas très longtemps. Heureusement Paul CH. avait pu en obtenir quelques jeunes auparavant. La poitrine orange (PO) est d’hérédité récessive autosomale par rapport à la forme sauvage. Le facteur orange doit donc être doublement présent pour devenir visible. Il croisa donc des jeunes entre eux et en sortit assez rapidement les premiers poitrine orange (PO).

    Déjà le premier éleveur de poitrine orange (PO) commit l’erreur de ne pas combiner et développer le poitrine orange (PO) avec des couleurs classiques (gris, brun, dos pâle, masqué) mais il se rua directement sur la combinaison de la poitrine orange avec le poitrine noire (PN) et d’autres mutations. Dès cet instant, le rêve de tout éleveur de poitrine orange était né à savoir d’aboutir à un diamant mandarin entièrement orange.
    De par le fait d’avoir brûlé l’étape de l’élevage dans les couleurs classiques, la question suivante demeura :

    Certaines caractéristiques spécifiques que nous observons dans nos poitrine orange classiques, sont-elles seulement des dérivées gênantes de la présence de la mutation poitrine noire (PN) ou s’agit-il d’effets spécifiques de la mutation poitrine orange ?

    Qu’est-ce que j’entends dire par-cela ? Souvent le gris poitrine orange ou brun poitrine orange laissent apparaître des joues pas bien délimitées. De même l’on constate souvent un ourlet orangé sur les ailes. Aussi, la poitrine s’écoule fréquemment vers le haut et le ventre présente des dessins. Toutes ces caractéristiques constatées sont assez dérangeantes.

    Lire la suite

  • Dos pale, masqué et masqué ancien type, trois versions alléliques

    Pourquoi les mutations chez le diamant mandarin que sont le dos pâle, le masqué (nouveau type) et le masqué ancien type combinées entre elles sont si difficiles à prédire !?
    Tous simplement car on ne peut pas parler au niveau génétique de mutations différentes mais plutôt de versions alléliques d'un seul et même gène. Le dos pale, le masqué et le masque AT sont dû à un même gène mais qui a trois versions alléliques.
    Pour bien comprendre faisons la parallèle avec l'homme, la couleur des yeux par exemple, quelque soit notre couleur des yeux, notre couleur de l'iris et codé par le même gène, mais ce gêne possède de nombreuse versions différentes (allèles) qui nous permettent d'avoir le panel de couleur que nous connaissons.

    Maintenant que nous savons un peu plus ce qui complique ces croisements, voyons comment chaque allèle se comporte l'un par rapport à l'autre.
    Tout est une histoire de dominance et de codominance ou récessivité.

    Un petit tableau pour illustrer tout cela :

    Allèle / allèle Dos pâle Masqué Masqué AT
    Dos pâle x Dos pâle Dos pâle
    Masqué Dos pâle x Masqué
    Masqué AT Dos pâle Masqué x

    *AT = ancien type

    Dans ce tableau à double entrée vous pouvez voir qu'elle allèle domine l'autre, l’oiseau aura donc le phénotype de l'allèle qui domine, attention ce n'est pas parce que l'allèle est dominé qu'il n'influe pas. Cf. dos pale/masque AT, le dos est plus dilué à cause de l'allèle masqué AT.

    De ce résultat nous pouvons en tirer les premières conclusions :

    • Le dos pale peut être porteur de masqué ou de masqué AT.
    • Le masqué peut être porteur de masqué AT mais ne peut pas être porteur de dos pale (dp domine masqué = dp/masqué).*dp = dos pâle
    • Le masqué AT ne peut pas être porteur de dos pale, ni de masqué car ces deux derniers le dominent.

    Lire la suite

  • Le gris poitrine noire poitrine orange

    L’objectif de cet article n’est pas d’imposer une direction d’élevage ou créer une polémique, mais de partager mon expérience de l’élevage, mes observations ainsi que les difficultés que je rencontre depuis une quinzaine d’années d’élevage de diamants mandarins dans cette combinaison de mutations.

    Le poitrine noire est une mutation de dessin due à une répartition différente de l’eumélanine dans le plumage de l’oiseau. La mutation poitrine orange est une mutation de couleur : L’eumélanine des dessins est transformée en phéomélanine brune orangée, qui tire vers la couleur rouge-rouille pour les meilleurs sujets. Il ne me semble pas importun de préciser en détail en quoi ce que chaque mutation que nous connaissons déjà, modifie sur l’oiseau muté.

    Le mâle de concours idéal, en plus d’une forme et une taille correcte tel un classique, ne doit pas avoir de rejet noir dans la poitrine, doit avoir une zone parotique (le lore : entre le bec et la joue) blanche, une poitrine qui monte le plus haut possible sous le bec, une forte extension des joues (les joues se rejoignent à l’arrière du crâne) sans écoulement sur le dos(qui pour moi représente une non-sélection de l’extension de la couleur), un dos gris et non pas chargé de voile brun comme c’est souvent le cas, des dessins sur les rémiges primaires et secondaires (blanc+orange), une couleur rouge/rouille la plus intensive possible, un dessin de ventre (flammèches oranges) le plus grand possible. À cela il faut ajouter que les dessins de flans doivent être marqués d’ovales blanc sur fond orangé ; Les dessins des carreaux de queues sont bien sûr allongés.

    La femelle comme le mâle doit être grise de dos, de forme et de taille correcte, avoir un dessin de ventre (les flammèches)(à noter que ce dessin n’est pas orangé comme sur les mâles mais tire plutôt vers le gris-brun), des dessins de dos (sur le bord externe des rémiges), une poitrine qui remonte très haut, des dessins de joues orangées, des flancs marqués de points et de couleur orangée également.

    La femelle doit-elle avoir des joues et flancs les plus rouge foncé possible ? Je n’ai pas de réponse.
    Ce qui est certain c’est que la première femelle poitrine orange (po) n’avait pas de joues oranges et que le standard Hollandais demandait des femelles sans joues il y a encore quelques années (maintenant il y a deux standards acceptés et jugés différemment : avec dessin et sans dessins… : type 1, type 2 dans les concours). La femelle sans joues dessinées garde des carreaux de queues le plus orange possible. La plupart de mes femelles en reproduction n’ont pas de joues, c’est un caractère que je ne sélectionne pas spécialement.
    Je lis parfois sur internet que pour sortir un bon mâle intensif en couleur il faut absolument une femelle avec des joues très orange, ce n’est pas vrai. On sort de très bons oiseaux en couleur avec des femelles sans joues pour peu qu’elles soient très grise. J’entends par « très grises » des oiseaux dont l’eumélanine prend le pas sur la phaeo. Cela ne veut pas dire que certains caractères ne doivent pas être présents (dessin de ventre, sus caudales, paupière, etc.). Je peux affirmer que la femelle sans joue n’influence en rien l’intensité de la couleur sur les mâles.

    Diamant mandarin femelle gris poitrine orange poitrine noire

    Quelques particularités sont propres à la combinaison de mutation

    Le poitrine orange semble intensifier l’extension de la couleur orange des dessins. On observe souvent des sujets avec une extension complète des joues à l’arrière du crâne, et ce avec une poitrine qui remonte très haut sous le bec (à comparaison avec un poitrine noire pure). Cette extension lorsqu’elle est importante, a tendance à colorer le lore. Je ne suis pas d’accord avec ceux qui affirment que les oiseaux au lore orangé sont des oiseaux issus de black face. Cette coloration apparait aussi bien sur des issus de poitrine orange poitrine noire (popn) sans la mutation black face depuis plusieurs générations.

    Je ne sélectionne pas la couleur orangée du lore. Certes c’est un défaut présent dans mes oiseaux mais élevant des black face popn, je n’y fais pas attention.
    Dans les concours cela dépend beaucoup des juges mais en général, si l’oiseau est bon, ils ne se font pas lourdement sanctionner. À noter qu’il y a plusieurs sortes de lores orangés, qu’une photo ne montre pas bien. Des lores orange rouille comme la poitrine et qui viennent se fondre avec la joue (pas bon) ou un voile orangé, plus clair que la joue et qui se distingue encore (ça passe mieux). Mais sur des grands concours, c’est ce qui manquera au bel oiseau pour se classer face aux meilleurs.

    Diamant mandarin male gris poitrine noire poitrine orange1

    Lire la suite

  • Le mâle gris, en qualités et défauts

    Les premiers diamants mandarins présentés en exposition étaient bien loin de ceux que nous avons à présent dans nos élevages. Ils étaient plutôt filiformes et petit ressemblant en tous point à la majorité des oiseaux que nous trouvons actuellement à l’animalerie au coin de la rue.

    L’évolution ne sait pas faite en un jour mais elle a été relativement rapide. Ici nous parlerons du diamant mandarin gris, tous simplement car c’est ma spécialité et que je commence à bien le connaitre.
    On peut observer que les gris, qui est un classique (On appelle « classique » le gris et les mutations de bases que sont le : brun, dos pâle et masqué.),  présentés dans les grandes expositions n’est plus très loin du gris parfait. Le type et la taille sont pour la plupart d’excellent niveau et la différence se fait principalement sur la couleur.

    Pour repérer chaque terme descriptif utilisés dans la suite de l'article, vous pouvez vous aidez de ce schéma : Termes descriptifs chez le diamant mandarin.

    1. Les principaux défauts des mâles gris

    Ces dernières années de nombreux défauts sont apparus dans les gris que nous avons le loisir de voir dans nos expositions. Je vais vous en présenter quelques-uns qui sont pour moi les plus couramment rencontrés en exposition ou dans nos élevages.

    a) Les zébrures derrières les joues

    Traces de zebrures autour des joues

    Depuis environ deux ans, du moins d’après ce que j’ai personnellement remarqué, nous voyons apparaitre des traces de zébrures autour de la joue. Ce défaut est plutôt remarqué chez les gris joues noires, mais assez récent chez les mâles gris. Il est encore temps de l’éradiquer des souches de gris avant que ce soit totalement généralisé au diamant mandarin gris.
    De par la similitude au défaut présent chez les joues noires, je ne pense pas que l’on puisse l’assimiler à un facteur joues noires. En effet ce défaut apparait même dans les souches n’ayant aucune affiliation avec une souche de joues noires.

    Par contre on peut penser que ce phénomène est dû à une forte concentration d’eumélanine (noire), ce qui est recherché chez les gris pour un dos bien foncé et chez les joues noires pour une couleur bien noire intense.

    b) Larme qui se diffuse dans les joues

    Autre défaut, la larme qui donne une impression de diffusion dans la joue par la présence de quelques plumes noires dans celles-ci, et d’un trait sous l’œil. Généralement dans mon élevage ce sont des oiseaux qui ont des joues d’un châtain profond. Je pense que l’a encore, on peut l’assimiler à un excès d’eumélanine dans cette zone.

    2 eumelanine dans les joues

    Lire la suite

  • Elevage et sélection du diamant mandarin gris

    1. Introduction

    Le diamant mandarin gris est issu du type sauvage.
    Il correspond au type original du diamant mandarin. Il n'est donc à proprement dit pas une mutation.
    Cependant, le diamant mandarin gris que nous connaissons à ce jour, est très différent de son ancêtre Australien. Suite à une sélection par les éleveurs, le type, la taille et la couleur de celui-ci ont beaucoup évolué.

    2. Intérêt

    Le gris étant la base des mutations existantes dans la série grise (gris poitrine noire, gris poitrine blanche, gris dos pâle, etc), l'élevage de celui-ci est primordial pour la pérennité de toutes ces mutations.
    Le diamant mandarin gris permettra ainsi de "régénérer" toutes ces mutations.

    3. A qui s'adresse l'élevage des gris ?

    L'élevage du diamant mandarin gris est conseillé pour les débutants et peut aussi devenir très passionnant pour les plus expérimentés.
    En effet, malgré un attrait à première vu moins spectaculaire qu'un diamant mandarin aux couleurs orangé ou pastel son élevage est dès plus intéressant.

    Diamant mandarin femelle gris née en 2019

    Lire la suite

  • Comment reconnaître un mâle porteur de la mutation poitrine noire

    L’objectif de cet article n’est pas d'établir une règle imparable pour la reconnaissance d'un mâle gris porteur de la mutation poitrine noire. Il a plutôt pour but de réunir les indices qui pourront vous permettre de l'identifier.
    Pour ceci, chaque point de détail de la mutation est repris, selon ce que j’ai pu observer durant la sélection de ma souche de gris poitrine noire.

    Avant de commencer à analyser chaque indice possible, il me paraît important d'avoir à l'esprit que la mutation poitrine noire modifie la forme des dessins. Pour identifier un porteur de la mutation poitrine noire, je vous conseille aussi de prendre en compte l’ensemble des indices décrits dans cet article.

    Procédons et analysons le phénotype d’un gris poitrine noire de la tête vers les rectrices en comparaison avec un gris porteur de la mutation poitrine noire. Pour repérer chaque termes descriptifs utilisés, vous pouvez vous aidez de ce schéma : Termes descriptifs chez le diamant mandarin.

    1. Trait moustachial

    Poitrine noire (pn) : Le trait moustachial sera prononcé et d’un noir intense.
    Porteur poitrine noire (/pn) : Le trait moustachial pourra être plus prononcé que sur un gris, cependant cela ne constitue pour moi pas un indice suffisant.

    2. Trait de larme

    Poitrine noire (pn) : Le trait de larme disparaît (idéalement suivant le standard) ou seul un trait fin subsiste.

    1 trait de larme pn a

    Porteur poitrine noire (/pn) : Différents cas de figure selon la force d’expression de la mutation chez le porteur.

    - Le trait de larme est présent et fin :

    2 trait de larme porteur pn a

    - Le trait de larme est présent et large :

    3 trait de larme porteur pn 1 a

    - Dans certains cas le trait de larme d’un porteur de poitrine noire pourra aussi être absent. Il faudra se fier aux autres indices pour savoir s’il s’agit d’un porteur ou d’un poitrine noire à part entière.

    3. Les joues

    Poitrine noire (pn) : Le dessin des joues s’étendra vers le haut et l’arrière de la tête.

    4 extension joues pn avec fleches a 5 extension joues nuque pn a
     

    Lire la suite