Articles

  • L'enjambement ou crossing-over

    C’est en 1960 que sont apparus en Belgique les premiers diamants mandarins dos pâles bruns.
    Essayons de comprendre comment a pu naître une telle combinaison de couleurs.

    On sait que les facteurs brun et dos pâle, liés au sexe, sont situés sur des chromosomes X, mais différents et à des emplacements (loci) différents : (1) et (2).
    Ils ne sont donc, normalement pas liés (sinon tous les bruns seraient aussi dos pâles : ce qui n’est pas le cas).
    Comment ont-ils pu se trouver liés sur le même chromosome ? (3)

    L enjambement image 1

    Quand on accouple un mâle brun avec une femelle dos pâle gris (ou l’inverse), on obtient à chaque fois des mâles gris, porteurs de brun et de dos pâle. Chaque mâle possède donc deux chromosomes X différents : L’un porte les gènes « brun » « non dos pâle », l’autre porte les gènes « non brun » et « dos pâle ». Étant récessifs, aucun de ces gènes ne peut s’exprimer puisqu’il est en un seul exemplaire ; étant non-allèles, aucun ne peut dominer l’autre ; c’est donc une couleur grise naturelle qui s’exprime.

    Comment ces gènes vont-ils être transmis par le mâle à sa descendance ? Pour bien le comprendre, quelques explications sont nécessaires.

    Les chromosomes sont de très longues molécules (2 millionièmes de mm d’épaisseur, 5 cm de moyenne de longueur chez l’homme) enchevêtrées, en temps normal, les unes aux autres dans le noyau de la cellule. Au moment de la méiose (division cellulaire permettant, chez les mâles, la formation des spermatozoïdes à partir des cellules-mères des testicules), ces chromosomes se dédoublent en deux chromatides rigoureusement identiques rattachées entre elles par un centromère.
    Chaque chromatide s’enroule alors en spirale. Ce n’est qu’à ce moment là que le chromosome devient visible au microscope optique. Les chromosomes se regroupent et s’accolent deux à deux par paire homologues.

    Au cours de cette phase, deux chromatides des deux chromosomes accolés peuvent se croiser, se casser puis se ressouder en échangeant des segments plus ou moins importants. C’est ce phénomène que l’on appelle l’enjambement (en anglais crossing-over).
    Le gène « brun » a ainsi pu se retrouver lié au gène « dos pâle » sur le même chromosome X. Un mâle gris porteur de brun et de dos pâle peut (mais uniquement de cette façon) produire des femelles dos pâles gris, grises, brunes et dos pâles brun. (12,5% de chaque).

    Avec cet enjambement, ce même mâle a pu avoir aussi :

    • Croisé avec une femelle dos pâle : 12,5% de mâles dos pâle gris porteurs de brun.
    • Croisé avec une femelle brune : 12,5% de mâle bruns porteurs de dos pâle.

    En accouplant l’un ou l’autre de ces derniers avec leur sœur « dos pâle brun », il est possible d’obtenir (en 3ᵉ génération) : 25% de mâles dos pâle brun et 25% de femelles dos pâle brun.

    L enjambement image 2

    CHROMATIDE

    A : Normale
    B : Contractée en spirale
    C : Schématisée

    Lire la suite

  • Génétique du diamant mandarin : Mode d'emploi

    1. Introduction

    L’élevage et la présentation en concours des diamants mandarins a pris ces quinze dernières années un essor considérable. Pour améliorer la taille des nouvelles mutations, les éleveurs ont de plus recours aux oiseaux classiques « porteurs » .
    Certains parviennent à combiner plusieurs mutations. Tout cela a rendu indispensable la connaissance d’un minimum de génétique appliquée. C’est ce minimum que je voudrais présenter aux éleveurs débutants.
    Il ne s’agit pas d’un cours complet de génétique, mais la simple présentation de la méthode que j’utilise précédée de quelques notions élémentaires.

    2. Le diamant mandarin et ses mutations

    Un diamant mandarin possède un certain nombre de caractères visibles (taille, forme, dessins, couleur, sexe) qui constituent son phénotype. Il peut avoir, en plus d’autres caractères non exprimés (on dit qu’il est porteur).L’ensemble des caractères, exprimés ou non, s’appelle le génotype.

    Un jeune diamant mandarin est issu d’une cellule - œuf, résultat de la fusion du noyau d’un spermatozoïde du père et du noyau de l’ovule de la femelle. Le programme génétique de l’oiseau s’y trouve déjà : Une suite de divisions cellulaires et d’informations codée déclenchera (ou non) l’apparition des caractères. L’information codée est portée par des gènes situés sur de longs filaments contenus dans le noyau : Les chromosomes.
    Tous les chromosomes vont par paire : chaque chromosome a donc son homologue.

    Il existe deux catégories de chromosomes :

    - Les chromosomes sexuels :
    • XX chez le mâle
    • XY chez la femelle

    - Les chromosomes autosomes.

    Le diamant mandarin gris vivant en Australie est à l’origine de tous nos diamants mandarins d’élevage. Il possède tout un ensemble de gènes répartis dans ses chromosomes.
    Chaque fois qu’une mutation nouvelle est apparue, c’est qu’il y a eu modification d’un gène d’origine (et qu’elle s’est avérée héréditaire). Le gène d'origine et le gène muté sont situés au même endroit appelé locus sur chacun des chromosomes homologues.
    Les deux gènes sont des allèles.

    Genetique du diamant mandarin 1

    Un oiseau est pur (homozygote) quand tous ses allèles portent des informations identiques.
    Un oiseau est hétérozygote quand au moins une paire d’allèles porte des informations différentes relatives au même caractère.

    On connaît actuellement une vingtaine de mutations différentes du diamant mandarin gris.

    Lire la suite

  • Vermifuger ses diamants mandarins, méthode naturelle

    Simple à préparer, naturel et sans effets secondaire ou néfastes ! Une recette qui à fait ses preuves chez un grand nombre d'éleveurs d'oiseaux.
    Cette méthode permet de prévenir contre l'infestation de vos diamants mandarins des parasites internes (vers plats et ronds) et est aussi un purifiant pour le sang.

    1. Ingrédients

    Pour avoir un vermifuge efficace, il faut associer l'ail, le thym et la sauge. L'ail étant dans cette composition le plus actif.

    - 3 gousses d'ail
    - 2 branches de thym
    - 2 feuilles de sauge

    L'ail peut être mixé ou coupé. On peut également couper les feuilles de sauge. Le tout mélangé dans un litre d'eau. Laisser macérer de 15 jours à 1 mois dans un endroit tempéré et à l'abri du soleil.

    Ingredients vermifuge diamants mandarins methode naturelle

    Lire la suite

  • Le sevrage des jeunes diamants mandarins

    Les jeunes diamants mandarins ont maintenant environ trois semaines ; cherchant à échapper au manque d’espace, à l’oppressante chaleur de la couvée ou voulant tout simplement découvrir le monde, ils vont commencer à sortir du nid.
    Cette sortie n’est pas définitive, car ils y retournent encore pendant 2 à 3 jours, mais de moins en moins souvent. Parfois, quand les jeunes commencent à grandir, l’un d’eux se met à voler hors du nid quelques jours avant la date de sortie prévue, vous pouvez le laisser hors du nid si les conditions le permettent, les parents continueront à s’en occuper. Si vous devez le remettre dans le nid, posez le doucement de préférence en soirée et gardez votre main devant le trou d’envol, jusqu'à ce que tous les jeunes aient retrouvés leur calme.
    Un matin lorsque tous les jeunes seront sortis, on ôtera le nid pour le nettoyer avant une nouvelle ponte ou en prévision de la saison de reproduction suivante. Le nid sera remis lorsque les jeunes seront sevrés et donc séparés de leurs parents.

    Il est fréquent que les parents entament une nouvelle pondaison avant la fin de sevrage des jeunes. Il n’y a pas de règles établies sur la question : Parfois les parents entament la couvaison tout en s’occupant des jeunes sortis du nid, parfois ils vont plumer les jeunes et cesseront de s’en occuper. A l’éleveur d’être attentif dans ses observations. A la maison, je préfère retirer les œufs pondus à même le sol pour les donner à un autre couple ou pour les redonner au couple après le sevrage lorsque le timing le permet.

    La période de sevrage correspond à la période ou le jeune oiseau va apprendre à se nourrir seul et ainsi acquérir son autonomie. C’est donc une période délicate où il va être important d’observer les oiseaux pour ne pas faire l’erreur de séparer trop tôt un jeune de ses parents. Généralement un jeune diamant mandarin va être sevré autour de 35 jours de vie. Encore une fois, l’observation est de rigueur ; et inutile de prendre des risques, c’est une question de quelques jours.

    Le sevrage des diamant mandarin3

    Les jeunes oisillons ont été nourris par leurs parents qui ont régurgités les graines et/ou la pâtée qui est distribuée quotidiennement à cette période. Désormais ils leurs faut apprendre à décortiquer les graines et à les manger seuls. Plus vite les oisillons seront autonomes, plus vite ils seront sevrés.
    Les parents réduisent d’eux même la régurgitation de la pâtée.
    Mais si les jeunes en éprouvent le besoins ils iront en chercher seul c’est une nourriture facile d’accès qui leur servira de transition. Par ailleurs, certains éleveurs mettent à disposition des jeunes oiseaux des graines germées : Ces graines « molles » sont facile à décortiquer et à ingérer. Pour ma part, dès la sortie du nid, les oiseaux ont à disposition permanente du millet en grappe (rouge et jaune que j’alterne chaque jour).

    Lire la suite

  • Transmission génétique des caractéristiques physiques

    Si on pose lors d'une réunion d'amateurs de diamants mandarins une questions sur la généalogie du masqué, du pastel, ou d'un joues noires, on es certain de recevoir la bonne réponse.
    Mais si on pose la question sur la généalogie sur le format (taille), la forme de la tête ou la longueur du bec, les réponses seront multiples et différentes.
    Certains diront intermédiaires, d'autres dominants, etc.

    Néanmoins ces caractéristiques suivent les Lois de Mendel. Beaucoup d'éleveur ne croient pas cette explication, mais elle est vraie. Il semble que les lois ne se comportent plus d'une façon stricte comme pour les mutations de couleurs. Une variation plus large au niveau du format (taille), forme de la tête, etc... semble normal.

    Law of independent assortment

    Dans la nature, on trouve chez les diamant mandarins la même variation dans le format. Et, dans le processus de domestication, cette différence dans la variation à augmenté. Nos diamants mandarins cultivés sont en moyenne deux centimètre plus large que leurs ancêtres dans la nature.
    Dans les articles, on préconise toujours une sélection dure au niveau du format et du modèle en tenant compte des différences entre les parties comme la tête, le corps, etc.

    Mais le format et le modèle sont dirigés par la généalogie. Les formes du corps sont dirigées par des facteurs.
    La question qui se pose est : Existe-t-il une relation entre les différents facteurs qui dirige le format, le modèle, la forme de la tête et du bec ?

    Lire la suite

  • Exigences générales du standard

    Vous trouverez dans cet article l'ensemble des critères de sélection à rechercher chez un diamant mandarin d'exposition.

    Taille :
    De la pointe du bec jusqu'à l’extrémité de la queue du diamant mandarin : 11,5 cm.

    Type :
    Impression de force - Taille courte et trapue - Tête ronde - Cou tassé - Poitrine relativement large et ronde.
    La tête, le cou, le dos et la queue doivent former une seule ligne avec un creux minime dans la nuque et à l'intersection de la queue à hauteur du croupion.
    La courbe formée par l'arrondie de la poitrine et la ligne du ventre doit être régulière à partir de la gorge jusque la région anale.
    La ligne dorsale ne peut pas être écrasée et la ligne ventrale ne peut être tombante.
    Toutes les parties du corps doivent être bien en harmonie les unes aux autres.

    Tête :
    Bien ronde vue sur tous les angles - Vue de face relativement large - Doit être en harmonie parfaite avec le bec et le corps - Les yeux placés à peu près au centre de la tête, bien vivants et de couleurs foncées sauf si le standard de la variété spécifiée ne le donne autrement.

    Lire la suite

  • Une journée d'éleveur de diamant mandarin

    J'ai choisi de décrire cette journée du 15 octobre 2020 car elle n'est pas comme les autres.
    En effet elle marque le début de l'élevage avec les premières naissances de diamants mandarins gris de la saison de reproduction 2020-2021 !

    Naissance diamant mandarin

    Huit couples de gris mis en accouplement depuis le 26 septembre de cette année.
    Aujourd'hui, 3 couples ont eu des naissances, 2 couples couvent leurs oeufs fécondés et 3 autres doivent re-pondre après une ponte "blanche". La majorité des reproducteurs de cette année sont des primipares, je ne leurs tiens pas rigueur de ce faux départ qui peut se transformer en excellente saison. Pour peu que j'observe bien le comportement de ces jeunes futurs parents (les plus jeunes ont 11 mois environ).

    Lire la suite

  • Le gris poitrine noire poitrine orange

    L’objectif de cet article n’est pas d’imposer une direction d’élevage ou créer une polémique, mais de partager mon expérience de l’élevage, mes observations ainsi que les difficultés que je rencontre depuis une quinzaine d’années d’élevage de diamants mandarins dans cette combinaison de mutations.

    Le poitrine noire est une mutation de dessin due à une répartition différente de l’eumélanine dans le plumage de l’oiseau. La mutation poitrine orange est une mutation de couleur : L’eumélanine des dessins est transformée en phéomélanine brune orangée, qui tire vers la couleur rouge-rouille pour les meilleurs sujets. Il ne me semble pas importun de préciser en détail en quoi ce que chaque mutation que nous connaissons déjà, modifie sur l’oiseau muté.

    Le mâle de concours idéal, en plus d’une forme et une taille correcte tel un classique, ne doit pas avoir de rejet noir dans la poitrine, doit avoir une zone parotique (le lore : entre le bec et la joue) blanche, une poitrine qui monte le plus haut possible sous le bec, une forte extension des joues (les joues se rejoignent à l’arrière du crâne) sans écoulement sur le dos(qui pour moi représente une non-sélection de l’extension de la couleur), un dos gris et non pas chargé de voile brun comme c’est souvent le cas, des dessins sur les rémiges primaires et secondaires (blanc+orange), une couleur rouge/rouille la plus intensive possible, un dessin de ventre (flammèches oranges) le plus grand possible. À cela il faut ajouter que les dessins de flans doivent être marqués d’ovales blanc sur fond orangé ; Les dessins des carreaux de queues sont bien sûr allongés.

    La femelle comme le mâle doit être grise de dos, de forme et de taille correcte, avoir un dessin de ventre (les flammèches)(à noter que ce dessin n’est pas orangé comme sur les mâles mais tire plutôt vers le gris-brun), des dessins de dos (sur le bord externe des rémiges), une poitrine qui remonte très haut, des dessins de joues orangées, des flancs marqués de points et de couleur orangée également.

    La femelle doit-elle avoir des joues et flancs les plus rouge foncé possible ? Je n’ai pas de réponse.
    Ce qui est certain c’est que la première femelle poitrine orange (po) n’avait pas de joues oranges et que le standard Hollandais demandait des femelles sans joues il y a encore quelques années (maintenant il y a deux standards acceptés et jugés différemment : avec dessin et sans dessins… : type 1, type 2 dans les concours). La femelle sans joues dessinées garde des carreaux de queues le plus orange possible. La plupart de mes femelles en reproduction n’ont pas de joues, c’est un caractère que je ne sélectionne pas spécialement.
    Je lis parfois sur internet que pour sortir un bon mâle intensif en couleur il faut absolument une femelle avec des joues très orange, ce n’est pas vrai. On sort de très bons oiseaux en couleur avec des femelles sans joues pour peu qu’elles soient très grise. J’entends par « très grises » des oiseaux dont l’eumélanine prend le pas sur la phaeo. Cela ne veut pas dire que certains caractères ne doivent pas être présents (dessin de ventre, sus caudales, paupière, etc.). Je peux affirmer que la femelle sans joue n’influence en rien l’intensité de la couleur sur les mâles.

    Diamant mandarin femelle gris poitrine orange poitrine noire

    Quelques particularités sont propres à la combinaison de mutation

    Le poitrine orange semble intensifier l’extension de la couleur orange des dessins. On observe souvent des sujets avec une extension complète des joues à l’arrière du crâne, et ce avec une poitrine qui remonte très haut sous le bec (à comparaison avec un poitrine noire pure). Cette extension lorsqu’elle est importante, a tendance à colorer le lore. Je ne suis pas d’accord avec ceux qui affirment que les oiseaux au lore orangé sont des oiseaux issus de black face. Cette coloration apparait aussi bien sur des issus de poitrine orange poitrine noire (popn) sans la mutation black face depuis plusieurs générations.

    Je ne sélectionne pas la couleur orangée du lore. Certes c’est un défaut présent dans mes oiseaux mais élevant des black face popn, je n’y fais pas attention.
    Dans les concours cela dépend beaucoup des juges mais en général, si l’oiseau est bon, ils ne se font pas lourdement sanctionner. À noter qu’il y a plusieurs sortes de lores orangés, qu’une photo ne montre pas bien. Des lores orange rouille comme la poitrine et qui viennent se fondre avec la joue (pas bon) ou un voile orangé, plus clair que la joue et qui se distingue encore (ça passe mieux). Mais sur des grands concours, c’est ce qui manquera au bel oiseau pour se classer face aux meilleurs.

    Diamant mandarin male gris poitrine noire poitrine orange1

    Lire la suite

  • Les graines suffisent t'elles ? Que faut-il apporter à nos diamants mandarins ?

    Introduction

    Lors de notre visite à la firme Versele-Laga, Dr. P. Ghysels nous donna un exposé sur la nourriture des oiseaux et des exigences de cette nourriture. Cet exposé, basé sur les recherches et les expériences scientifiques, était clair et facile à suivre, et pourvu de beaucoup d'exemples.
    Le résultat en est que nous sommes plus malins sur le point de la nourriture, mais que nous ne sommes pas encore des spécialistes de la nourriture des oiseaux.
    Cet article est basé sur l'exposé du Dr. Ghysels et présente quelques points auxquels il faut faire attention.

    La nourriture équilibrée

    Pour nos diamants mandarins, cette nourriture équilibrée se compose des ingrédients suivants :

    1. Des protéines, de la matière grasse et des glucides.
    2. Des minéraux et des oligo-éléments comme le zinc, le fer, etc…
    3. Des vitamines

    La quantité de protéines nécessaires dépend de la situation. Pendant l'élevage et pendant la mue, cette quantité est nettement plus élevée que pendant la saison de repos. Les mélanges de graines ne peuvent jamais être assez adéquats pour pourvoir à la situation normale.

    On trouve les glucides sous forme d'amidon dans les plantes et les graines. Les matières grasses sont des sources d'énergie concentrées. Trop de matière grasses dans la nourriture provoque une mauvaise fonction des autres matières dans la digestion de la nourriture. L'histoire des oméga-3 est une belle illustration de ce cas. Les matières grasses se trouvent dans les graines riches en huile. Ces graines peuvent constituer au maximum 1/5e du mélange.

    Les minéraux et les oligo-éléments doivent être présentés journellement. Ces éléments constituent le "fitness" de l'oiseau.
    Pour la femelle, le calcaire est une nécessité primordiale. À chaque œuf pondu, la quantité de calcaire de la femelle diminue de 20%. Pendant la période d'élevage, la femelle doit être capable de tenir son stock de calcaire au maximum. Pendant cette période, il est donc nécessaire de pourvoir du calcaire supplémentaire dans la nourriture.

    Les vitamines ne se trouvent pas en quantités suffisantes dans les mélanges de graines conçus pour nos diamants mandarins. Il faut donc en ajouter. Il faut surtout faire attention aux vitamines qui peuvent être dissoutes dans la matière grasse comme les vitamines A, D, E et K. Un surplus de ces vitamines est stocké dans la matière grasse de l'oiseau et provoque une mauvaise fonction de plusieurs organes.

    Lire la suite

  • Le mâle gris, en qualités et défauts

    Les premiers diamants mandarins présentés en exposition étaient bien loin de ceux que nous avons à présent dans nos élevages. Ils étaient plutôt filiformes et petit ressemblant en tous point à la majorité des oiseaux que nous trouvons actuellement à l’animalerie au coin de la rue.

    L’évolution ne sait pas faite en un jour mais elle a été relativement rapide. Ici nous parlerons du diamant mandarin gris, tous simplement car c’est ma spécialité et que je commence à bien le connaitre.
    On peut observer que les gris, qui est un classique (On appelle « classique » le gris et les mutations de bases que sont le : brun, dos pâle et masqué.),  présentés dans les grandes expositions n’est plus très loin du gris parfait. Le type et la taille sont pour la plupart d’excellent niveau et la différence se fait principalement sur la couleur.

    Pour repérer chaque terme descriptif utilisés dans la suite de l'article, vous pouvez vous aidez de ce schéma : Termes descriptifs chez le diamant mandarin.

    1. Les principaux défauts des mâles gris

    Ces dernières années de nombreux défauts sont apparus dans les gris que nous avons le loisir de voir dans nos expositions. Je vais vous en présenter quelques-uns qui sont pour moi les plus couramment rencontrés en exposition ou dans nos élevages.

    a) Les zébrures derrières les joues

    Traces de zebrures autour des joues

    Depuis environ deux ans, du moins d’après ce que j’ai personnellement remarqué, nous voyons apparaitre des traces de zébrures autour de la joue. Ce défaut est plutôt remarqué chez les gris joues noires, mais assez récent chez les mâles gris. Il est encore temps de l’éradiquer des souches de gris avant que ce soit totalement généralisé au diamant mandarin gris.
    De par la similitude au défaut présent chez les joues noires, je ne pense pas que l’on puisse l’assimiler à un facteur joues noires. En effet ce défaut apparait même dans les souches n’ayant aucune affiliation avec une souche de joues noires.

    Par contre on peut penser que ce phénomène est dû à une forte concentration d’eumélanine (noire), ce qui est recherché chez les gris pour un dos bien foncé et chez les joues noires pour une couleur bien noire intense.

    b) Larme qui se diffuse dans les joues

    Autre défaut, la larme qui donne une impression de diffusion dans la joue par la présence de quelques plumes noires dans celles-ci, et d’un trait sous l’œil. Généralement dans mon élevage ce sont des oiseaux qui ont des joues d’un châtain profond. Je pense que l’a encore, on peut l’assimiler à un excès d’eumélanine dans cette zone.

    2 eumelanine dans les joues

    Lire la suite

  • Elevage et sélection du diamant mandarin gris

    1. Introduction

    Le diamant mandarin gris est issu du type sauvage.
    Il correspond au type original du diamant mandarin. Il n'est donc à proprement dit pas une mutation.
    Cependant, le diamant mandarin gris que nous connaissons à ce jour, est très différent de son ancêtre Australien. Suite à une sélection par les éleveurs, le type, la taille et la couleur de celui-ci ont beaucoup évolué.

    2. Intérêt

    Le gris étant la base des mutations existantes dans la série grise (gris poitrine noire, gris poitrine blanche, gris dos pâle, etc), l'élevage de celui-ci est primordial pour la pérennité de toutes ces mutations.
    Le diamant mandarin gris permettra ainsi de "régénérer" toutes ces mutations.

    3. A qui s'adresse l'élevage des gris ?

    L'élevage du diamant mandarin gris est conseillé pour les débutants et peut aussi devenir très passionnant pour les plus expérimentés.
    En effet, malgré un attrait à première vu moins spectaculaire qu'un diamant mandarin aux couleurs orangé ou pastel son élevage est dès plus intéressant.

    Diamant mandarin femelle gris née en 2019

    Lire la suite

  • Comment reconnaître un mâle porteur de la mutation poitrine noire

    L’objectif de cet article n’est pas d'établir une règle imparable pour la reconnaissance d'un mâle gris porteur de la mutation poitrine noire. Il a plutôt pour but de réunir les indices qui pourront vous permettre de l'identifier.
    Pour ceci, chaque point de détail de la mutation est repris, selon ce que j’ai pu observer durant la sélection de ma souche de gris poitrine noire.

    Avant de commencer à analyser chaque indice possible, il me paraît important d'avoir à l'esprit que la mutation poitrine noire modifie la forme des dessins. Pour identifier un porteur de la mutation poitrine noire, je vous conseille aussi de prendre en compte l’ensemble des indices décrits dans cet article.

    Procédons et analysons le phénotype d’un gris poitrine noire de la tête vers les rectrices en comparaison avec un gris porteur de la mutation poitrine noire. Pour repérer chaque termes descriptifs utilisés, vous pouvez vous aidez de ce schéma : Termes descriptifs chez le diamant mandarin.

    1. Trait moustachial

    Poitrine noire (pn) : Le trait moustachial sera prononcé et d’un noir intense.
    Porteur poitrine noire (/pn) : Le trait moustachial pourra être plus prononcé que sur un gris, cependant cela ne constitue pour moi pas un indice suffisant.

    2. Trait de larme

    Poitrine noire (pn) : Le trait de larme disparaît (idéalement suivant le standard) ou seul un trait fin subsiste.

    1 trait de larme pn a

    Porteur poitrine noire (/pn) : Différents cas de figure selon la force d’expression de la mutation chez le porteur.

    - Le trait de larme est présent et fin :

    2 trait de larme porteur pn a

    - Le trait de larme est présent et large :

    3 trait de larme porteur pn 1 a

    - Dans certains cas le trait de larme d’un porteur de poitrine noire pourra aussi être absent. Il faudra se fier aux autres indices pour savoir s’il s’agit d’un porteur ou d’un poitrine noire à part entière.

    3. Les joues

    Poitrine noire (pn) : Le dessin des joues s’étendra vers le haut et l’arrière de la tête.

    4 extension joues pn avec fleches a 5 extension joues nuque pn a
     

    Lire la suite